La Grande Alose

En prolongement d’une grande tête, le corps fusiforme et comprimé latéralement de la grande alose est coloré de bleu profond sur le dos et d’argent sur le ventre et les flancs. Il peut exister une large tâche noire en arrière de l’opercule.

La taille moyenne de la grande alose adulte des fleuves français est de 52 cm pour un poids moyen de 1,5 kg ; elle peut atteindre 80 cm (5 kg) (Portugal, Maroc).

Répartition

Originellement présente du Maroc à la Suède, l’aire de répartition de l’espèce s’est depuis fortement réduite. Elle ne fréquente aujourd'hui les cours d’eau de manière significative qu’en France et au Portugal.

Sur le bassin Seine-Normandie, la grande alose est présente sur les plus grands fleuves ; la Vire, l’Orne et la Seine. La plus grande population est dénombrée à l’observatoire des Claies de Vire avec en moyenne près de 5 000 géniteurs comptabilisés chaque année, lesquels ne coloniseront que le cours moyen du fleuve. L’Orne a vu apparaître ses premiers individus au milieu des années 1990, avec une colonisation progressive du bassin, avec une année record en 2017 à 722 individus dénombrés. Sur l’axe Seine, plusieurs centaines d’individus sont comptabilisés annuellement en fond d’estuaire, avec une année record en 2018 à 582 individus à Amfreville-sous-les-Monts. La colonisation du bassin Seine reste cependant mal connue. Deux cas de reproductions naturelles ont été observées en 2011 à 400 et 500 kilomètres de la mer respectivement sur la Marne et la Seine dans le département de la Seine-et-Marne. Depuis sa mise en fonction en 2017, la station de contrôle des migrations de Choisy-au-Bac, compte des Aloses qui s’engagent sur l’Aisne à plus de 450 km de la mer.

Cycle de vie

Premiers stades de vie

Le séjour fluvial des alosons est relativement court en comparaison des autres espèces amphihalines. Après éclosion, ces juvéniles se rassemblent en bancs pour atteindre la mer en seulement quelques mois. Le comportement grégaire des alosons se maintiendra tout au long de leur vie. Ils sont euryphages et utilisent toutes les ressources trophiques de dimensions adaptées, disponibles dans le milieu.

La Maturation/montaison (mars-juillet)

La grande alose reste sur le plateau continental marin sur des fonds de 70 m à 300 m. Elle forme des bancs et se nourrit surtout de zooplancton, les plus gros individus pouvant être piscivores.

A l’issue d’une phase de croissance marine de 3 à 7 ans, les géniteurs remontent en rivière dès lors que la température des fleuves dépasse celle de la mer et se poursuit tant que celle-ci reste entre 10 et 15°C. Les adultes remontent en général dans les fleuves où ils sont nés, pour venir se reproduire dans les cours moyens et amonts (jusqu’à plus de 650 km de la mer).

La Reproduction (mai-août)

Les aloses fraient sur des zones au substrat grossier délimitées en aval par un profond, dès les parties moyennes des cours d’eau. La reproduction est nocturne et caractérisée par un rituel singulier, un mouvement circulaire du couple de géniteurs et l’émission de bruits particuliers, constituant ainsi le phénomène de « bull ». Les œufs, de très petite taille, tombent alors entre les interstices du substrat. La quasi-totalité des géniteurs ne survivent pas au frai.

Liste rouge

La grande alose est présente dans la liste rouge de l’UICN et est considérée comme sujette à « Préoccupation mineure » au niveau mondial et comme « Vulnérable » en France.

Protection internationale

Convention de Berne : Annexe III

Protection communautaire

Directive Habitat Faune Flore Natura 2000 : Annexe II et V, 73 sites Natura 2000

Protection nationale

Arrêté ministériel de biotopes du 08/12/1988 : Liste des espèces de poissons protégées, article 1 : mise en, réserve de naturelle et protection de l’habitat

Programmes et plans de gestion

Plan de gestion des poissons migrateurs du bassin Seine-Normandie (PLAGEPOMI)

Sur le bassin Seine-Normandie, la pêche des aloses est autorisée en zone fluviale de manière permanente sur tout le bassin, excepté sur la Manche où elle est autorisée du 1er avril au 15 juillet. En eaux salées, la pêche est autorisée toute l’année. La taille minimale de capture est fixée à 30 cm (Art. R436-62 du Code de l’Environnement).

En revanche, plusieurs d’arrêtés limitent ou interdisent la pêche des poissons migrateurs dans certains secteurs en aval de la LSE.


Textes limitant ou interdisant la pêche des poissons migrateurs en aval de la Limite de Salure des Eaux (LSE) sur le bassin Seine-Normandie.