L’Anguille européenne

L’anguille européenne (Anguilla anguilla) présente la particularité d’être l’unique grand poisson migrateur catadrome en Europe, venant effectuer sa croissance sur les eaux côtières et continentales puis allant se reproduire en mer.

Description

L’apparence de l’anguille varie selon son stade de développement. Du Leptocéphale transparent à la forme lancéolée, elle adopte rapidement son aspect serpentiforme caractéristique de l’anguille jaune, aux teintes vert à brun-olive sur le dos, et jaune sur le ventre. Une unique nageoire impaire allant de l’anus au milieu du dos, résultante de la fusion des nageoires dorsale, caudale et anale, assure la propulsion. Au préalable à la dévalaison, de nouvelles modifications symbolisent la métamorphose en anguille argentée. Une peau plus épaisse, une coloration sombre sur le dos et blanc sur le ventre, ainsi qu’un agrandissement des nageoires pectorales et du volume oculaire, sont les transformations visibles qui caractérisent les futurs géniteurs qui se préparent à une dévalaison vers la mer.

La taille des anguilles est variable et diffère selon le sexe. Adultes, les mâles dévalants mesurent de 20 à 45 cm, les femelles dévalantes, de 35 cm à plus d’un mètre.

Colonisation (avril-novembre)

La transformation en civelles à l’approche des estuaires, marque la fin d’une longue traversée des larves leptocéphales à travers l’Océan Atlantique.

Alors qu’une partie des civelles se sédentarisent en zone littorale, la majorité poursuit sa progression vers l’amont des cours d’eau. D’abord portées par les marées, elles entament, une fois l’influence de celles-ci disparue, une migration active. Sous l’effet de la lumière, de la température et du changement de salinité, les civelles se pigmentent rapidement en quelques semaines, devenant ainsi des anguilles jaunes, la reprise de l’alimentation intervenant avant la fin de ce processus.

La phase de colonisation active s’effectue selon les individus  durant plusieurs mois pour ceux qui sédentariseront rapidement, à quelques années jusqu’à atteindre une taille qui n’excédera pas 300 mm.

Phase continentale

S’en suit une phase de croissance où la recherche de nourriture est prépondérante. L’anguille est un carnassier opportuniste, la taille et la nature des proies dépendent des ressources alimentaires en présence. Elle devient strictement piscivore à partir de 30-35 cm. Pendant cette période qui dure entre 3 à 9 ans pour les mâles et 5 à 18 ans pour les femelles, les anguilles sont sédentaires où nomades en fonction des contextes hydrographiques.

Retour à la mer (août-décembre)

Dès lors que les réserves lipidiques sont suffisantes, l’animal subit une nouvelle métamorphose impliquant des changements morphologiques et physiologiques (osmorégulation) en vue d’une adaptation à la vie marine en profondeur. Les anguilles argentées dévalent les cours d’eau principalement au gré des crues d’automne pour rejoindre l’océan, pour au terme d’un nouveau périple transatlantique assurer leur reproduction en mer des sargasses, dont les modalités sont encore mal connues.

Il semble par ailleurs que les géniteurs ne survivent pas au frai, aucun d’entre eux n’ayant été observé de retour en milieu continental.

Portée par les courants océaniques depuis ses zones de reproduction en mer des Sargasses, l’Anguille européenne se répartit sur l’ensemble de l’Europe et de l’Afrique du Nord. L’espèce se retrouve ainsi du sud du Maroc jusqu’en Islande et au nord de la Scandinavie, et sur tout le pourtour des mers Méditerranée, Noire et Baltique.

Sur le bassin Seine-Normandie, l’espèce est encore présente sur l’ensemble des fleuves, mais la colonisation active des cours d’eau par les individus migrants ne dépassant pas 30 centimètres est densité dépendante et décroit rapidement au fil des obstacles rencontrés pour ne laisser place sur les têtes de bassins ou à l’amont des ouvrages les plus infranchissables qu’aux grosses femelles plus âgées.

• Liste rouge

L’anguille européenne est présente dans la liste rouge de l’UICN et est considérée comme « En danger critique d’extinction » aux niveaux mondial et français.

• Protection internationale

Contention OSPAR : Annexe V

• Programmes et plans de gestion

Plan de gestion des poissons migrateurs du bassin Seine-Normandie (PLAGEPOMI)

Plan de gestion Anguille (PGA)

• Réglementation halieutique

La pêche de l’anguille européenne est encore autorisée sur le bassin Seine-Normandie, mais les modalités diffèrent selon le stade de développement de l’espèce. Celles-ci sont résumées dans le tableau suivant :


Modalités relatives à la pêche de l’anguille européenne sur le bassin Seine-Normandie

La pêche de la civelle est soumise depuis 2010 à des quotas fixés par le plan de gestion anguille. Ils sont établis par bassin pour pouvoir respecter la saisonnalité des arrivées des civelles sur les côtes françaises. Les quotas de bassin sont déterminés en tenant compte de l’évolution des niveaux de recrutement en civelles et de façon à atteindre, au niveau national, une réduction de 40 % en 3 ans de la mortalité par pêche, par rapport au taux de mortalité moyen sur des années récentes (2005-2007 par exemple).

Les quotas sont fixés chaque année par arrêté.

Par ailleurs, un certain nombre d’arrêtés limite ou interdit la pêche des poissons migrateurs en aval de la LSE.


Textes limitant ou interdisant la pêche des poissons migrateurs en aval de la Limite de Salure des Eaux (LSE) sur le bassin Seine-Normandie

De plus, en raison d’une contamination des anguilles par les dioxines et PCB, les Préfets des départements du Calvados, de l’Eure et de la Seine-Maritime ont pris un arrêté le 23 janvier 2008 interdisant la pêche des anguilles de plus de 12 cm dans leurs eaux maritimes littorales respectives et dans les eaux fluviales de la Seine, en vue d’une consommation humaine ou animale.