Relevés de frayères

  • {{year}}



  • {{y}}

Le relevé de frayères consiste à prospecter les cours d’eau à la recherche des zones de frai témoignant de la reproduction d’espèces piscicoles. Concernant les espèces que nous suivons, cette technique est surtout applicable à la truite de mer, au saumon et aux lamproies marine et fluviatile. En effet, les géniteurs de ces espèces retournent le substrat de la rivière pour y déposer leurs œufs qui nécessitent d’être enfouis sous les graviers pour se développer correctement.

Avec un œil averti, les zones de graviers/pierres ainsi retournées par les poissons sont visibles de la surface. Elles apparaissent plus claires car les cailloux retournés ne sont pas recouvert d’epibenthos (algues, mousses, etc…). Les frayères ainsi découvertes apportent des informations importantes sur la répartition des individus, elles peuvent notamment définir un front de colonisation ou mettre en avant d’éventuels dysfonctionnements liés à la qualité des habitats ou à la présence de barrages. Le nombre et la taille des frayères apportent aussi des informations sur le nombre de géniteurs présents. La prospection régulière permet de suivre l’évolution de la fréquentation année après année.  

Des dispositifs spécifiques aux aloses existent aussi, ils diffèrent car ces espèces ne retournent pas le substrat pour déposer leurs œufs à l’inverse des salmonidés et des lamproies. Par contre, leur frai est un ballet aquatique nocturne assez bruyant nommé « bulls », ou le mâle et la femelle réalisent des cercles à la surface de l’eau durant lesquels la femelle expulse ses ovules qui sont fécondées par le mâle. Cet évènement, qui a généralement lieu entre mai et juillet, peut être décelé grâce à des systèmes d’enregistrement sonore disposé dans les zones concernées.

Sur le territoire de SEINORMIGR, les principales zones de prospection sont localisées sur l’Orne et sur les affluents avals de la Seine (Corbie, Risle, Epte, Andelle, Eure         ).